Pâtisserie Bontemps

15110267_1109386972508064_144258146055409999_oCrédit : Page Facebook Bontemps

Bontemps est une de mes pâtisseries préférée à Paris. Depuis qu’elle a ouvert je ne cesse d’y retourner. Le concept est tout simple, il tourne autour du sablé. En tarte, en biscuit, en pétale presque tous les produits sont fait à base de leur fameuse pâte sablée. Elle est excellente, friable comme en il faut, juste cuite à point.

img_3324

La boutique est très jolie, pas très grande on ne peut pas manger sur place mais une fois rentré on sent la bonne odeur de gâteau qui se dégage. L’endroit est tenu par deux soeurs adorables et très souriantes qui vendent leurs produits avec beaucoup d’amour. Je crois que le secret il est la, les gâteaux sont plein d’amour.

Leurs grands classiques sont les tartes qui changent en fonction des saisons ainsi que les sablés. Il y a du choix, plein de parfums différents en ce moment on est plutôt sur de la pomme, de la poire, du caramel, des fruits de la passion, du chocolat et de la noisette. Les sablés se mangent tout seule en une bouchée, ils sont vendus en individuels ou par boite de 15. Les tarifs sont les suivants  1,60€ le sablé. Boîte de 9 pièces : 15€. Boîte de 16 pièces : 2€. Part de cake au citron : 4€. Tarte 4-6 personnes : de 19 à 24€.

img_3648

Allez-y les yeux fermés, ce n’est vraiment pas une adresser à louper. Je vous laisse avec des photos moi j’en au déjà l’eau à la bouche.

A très vite,

M.

Crédit : Page Facebook Bontemps

Bontemps :
57 rue de Bretagne, 75003 Paris.
Ouverture du mercredi au vendredi de 11h à 19h30, le samedi de 10h à 19h30, et le dimanche de 10h à 17h.

Petites tartes aux pommes

Aujourd’hui une recette vraiment toute simple : les tartelettes aux pommes ou les apple rose tart comme ils disent. J’ai découvert cette petite merveille il y a quelque temps et je n’arrête pas d’en faire. C’est très très simple, ça demande juste un peu de patience et de temps. Son effet est garanti, car ces petites mignonnes ressemblent vraiment à des jolies fleurs.

IMG_4183IMG_4184 (1)IMG_4180

Pour 6 tartelettes aux pommes :

-1 pâte feuilletée
-2 pommes rouges
-confiture de coin ou compote
-sucre
-sucre glace

Préchauffer le four à 180°C. Lavez bien les pommes, car on va utiliser leur peau, commencer par enlever le trognon et les pépins des pommes.

Coupez les pommes dans le sens ( la queue vers le haut) très finement à l’aide d’une mandoline en laissant la peau.

Placer les tranches de pomme dans un saladier, recouvrir d’un peu d’eau (environ la moitié) et ajouter le jus d’un demi-citron.

Placer le saladier au micro-ondes pendant 3 minutes afin de rendre les pommes plus fondantes et faciles à travailler. Égoutter ensuite les pommes dans une passoire. Pendant ce temps dérouler la pâte feuilletée et découper la en 6 bandes.

Beurrer des moules à muffins puis découper la pâte en 6 bandes horizontales de taille égale.

À l’aide d’une cuillère, déposer un peu de confiture de coin ou de compote sur toute une bande.

Déposer ensuite les morceaux de pommes égouttés sur la moitié supérieure de la bande en les chevauchant.

Replier la partie inférieure de la pâte sur les pommes et rouler ensuite la bande sur elle-même pour former une rose puis la déposer immédiatement dans le moule à muffin.

Faire cuire environ 40 minutes jusqu’à ce que ça soit doré.

Saupoudrez de sucre glace et ne mettez pas au frais avant dégustation.

À très vite,

M.

Bûche Blanche-Neige au Burgundy Paris

Hello,

Aujourd’hui nous allons rester dans le thème des gourmandises de Noël. J’ai eu la chance d’assister il y a quelques semaines à la dégustation des créations de Nöel de Julien Chamblas qui officie à l’hôtel Burgundy à Paris. C’est un très bel hôtel contemporain situé à 2 pas de la place de la Madeleine à Paris.

C’est un chef très talentueux qui a travaillé pour des grandes maisons et des grands chefs comme Christophe Michalak. C’est un chef d’une profonde gentillesse qui a pris le temps de m’expliquer sa démarche pour revisiter la bûche de Noël. J’ai vraiment hâte de découvrir ses créations par la suite, j’ai mis leur tea-time sur ma liste d’endroits à tester ! :)

Venons en à cette bûche ! C’est selon moi la bûche parfaite pour Noël, d’une part car elle est composée de saveurs que j’apprécie particulierement et d’autre part car elle est d’une légèreté sans nom. Et on le sait tous, après un bon repas de Noël si on peut éviter la classique bûche crème au beurre, c’est mieux…

Blanche-neige est composée d’une coque de chocolat blanc dans laquelle se cache : un savoureux croustillant chocolat au lait enrobé d’une mousse vanille, une dacquoise noisette/noix de coco, un onctueux confit de fruits exotiques et pour finir une divine brunoise de mangues. Il y a des petits « Raffaello » à l’intérieur Autant vous dire que rien qu’en l’écrivant, je salive devant mon écran…

IMG_3700IMG_3698IMG_3697

Elle sera disponible à partir du 7 décembre au prix de 70 € pour une bûche de 4 personnes / Sur commande uniquement

Le Burgundy a aussi eu la très bonne idée de faire une « Christmas Box » , c’est une box composée d’un menu alliant traditions de Noël et finesse d’un savoir-faire gastronomique. Elle a été crée par Le Chef du Restaurant étoilé Le Baudelaire, Pierre Rigothier, et son Chef Pâtissier, Julien Chamblas.

Elle sera disponible à partir du 7 décembre le tarif est de 100 € par personne, valable pour 6 personnes minimum / Sur commande uniquement / Livraison Paris Intramuros

Je remercie aussi Jennifer pour la visite !

À très vite,

M.

Charlotte poires/marrons/fève de tonka

Bonjour à tous,

Une belle recette pour commencer 2015 : une charlotte poires, marrons et fève de tonka !

IMG_1058

Comme vous le savez, j’aime beaucoup les charlottes. Je trouve que c’est un dessert très beau mais surtout très léger et que l’on peut varier à l’infini. Je me suis inspirée de la charlotte d’Hugo&Victor qui se trouvait en couverture du dernier numéro de « Fou de pâtisserie« . Je l’ai « remixée à ma sauce ». C’est un biscuit cuillère, une mousse de poire avec des poires vanillées, une mousse de marrons, de la fève de tonka, des brisures de marrons glacés et une chantilly à la vanille. Cela peut paraître un peu fastidieux comme ça mais je vous assure que c’est vraiment simple, si l’on respecte bien les étapes. En revanche, vous devez être patient entre les différentes étapes pour avoir de belles couches régulières de mousse.

Pour le biscuit cuillère :
-1 paquet de biscuits cuillère
-3 œufs
-90 g de sucre en poudre
-60 g de farine
-Sucre glace

Fouettez les jaunes d’œufs avec 35g de sucre dans un bol. Montez les blancs en neige et ajoutez-y le reste du sucre. Réunir les deux préparations.Tamisez la farine, ajoutez-la aux blancs en neige et mélangez sans trop travailler la pâte.

Mettre l’appareil dans une poche à douille, tracez sur votre papier sulfurisé un cercle de la taille de votre cercle à pâtisserie et le retourner pour ne pas que le crayon « bave » sur le gâteau. Dressez le biscuit qui sera le fond de la charlotte, saupoudrez une première couche de sucre glace sur le biscuit. Lorsque celui-ci a absorbé le sucre, recommencez l’opération deux fois de suite.

Faire cuire 15 à 20 min à 150°C, le biscuit durcira en refroidissant.

Poires vanillées :
-4 poires
– 1 gousse de vanille

Épluchez les poires et les couper en petits dés. Les faire revenir à la poêle avec un petit de beurre et les graines de vanille et la gousse jusqu’à ce qu’elles soient fondantes. Réservez.

Mousse de poires :
-220g de poires
-200ml de crème fleurette
-3 feuilles de gélatine
-100g de sucre

Mettre à ramollir les feuilles de gélatine dans un grand blog d’eau froide. Coupez les poires en morceaux et les mixer avec le sucre afin d’obtenir une purée. Faites chauffer cette purée avec les feuilles de gélatine jusqu’à ce qu’elles soient dissoutes.

Pendant ce temps, montez la crème fleurette, bien ferme. Laissez refroidir la purée puis incorporez, petit à petit, la crème montée à la maryse. Mélangez les poires vanillées à la mousse.

Montage :

Disposez votre disque de biscuit cuillère au fond de votre cercle et enfin disposez vos biscuits, tout autour, en veillant à ce qu’ils soient bien serrés pour ne pas que la crème passe à travers. Versez la bavaroise jusqu’au milieu des biscuits. Mettre au frais à prendre pendant 3h environ.

Mousse de marrons à faire une fois que la mousse aux poires est prise au froid :
-150g de crème de marron
-150ml de crème fleurette
-1 jaune d’œuf
-2 feuilles de gélatine
-Quelques brisures de marrons glacés
– 1/2 fève de tonka (facultatif)

Mettre à ramollir les feuilles de gélatine dans un grand bol d’eau froide. Fouettez le jaune d’œuf avec la crème de marron. Portez 50ml de crème fleurette à ébullition et versez sur la crème de marron et le jaune d’œuf. Mélangez vigoureusement et remettre à épaissir sur le feu quelques minutes, puis ajouter la gélatine et bien mélanger jusqu’à ce qu’elle se dissolve. Laissez refroidir la préparation et montez le reste de la crème fleurette en chantilly, bien ferme. Incorporez délicatement la crème de marron à la chantilly à l’aide de la maryse, puis ajouter quelques brisures de marrons. Râpez une demi-fève de tonka dans la préparation.

Versez la mousse sur la mousse de poires et laissez prendre toute une nuit.

Décoration :
-100ml de crème fleurette
-1 gousse de vanille
– Un peu de crème de marron

Montez la crème en chantilly et ajoutez les graines de vanille. Mettre dans une poche avec une douille unie et faites des petites boules de crème. Mettre la crème de marron dans une poche sans douille, coupez l’extrémité et en mettre entre les boules.

Servez bien frais.

Bonne dégustation et n’hésitez pas si vous avez des questions :)

À très vite,

M.

IMG_1046Une petite photo de l’intérieur

La pâtisserie des rêves au BHV

Bonjour à tous,

J’espère que vous avez passé de bonnes fêtes et que vous vous êtes régalés ! Le froid est arrivé on a d’autant plus envie de chaleur et de gourmandises donc je vous propose aujourd’hui un petit article sur une adresse que j’aime beaucoup et que tous les gourmands doivent déjà connaitre : La pâtisserie des rêves.

Il y a six adresse à Paris et la dernière vient juste d’ouvrir au BHV. Ce qui était dommage jusqu’à présent c’est qu’il n’y avait pas de salon de thé, la boutique de la rue de longchamps l’a fait un peu au début puis ils ont arrêté mais ils ont réouvert il y a peu. Maintenant avec le BHV c’est chose faite ! Ils ont fait un joli salon de thé dans la rotonde au 3ème étage avec une magnifique vue sur l’hôtel de ville. On s’y sent bien, il y a une jolie atmosphère. Le service est parfait, digne de cette grande maison. On y mange du salé et du sucré. J’ai pris un grand cru vanille, qui reste pour moi un des gâteaux emblématique de Philippe Conticini, d’habitude mon coeur penche pour le Saint-honoré qui pour moi est de loin le meilleur de Paris. Le grand cru est exceptionnel, je n’ai pas de mots pour décrire ce que j’ai ressenti quand je l’ai mangé ( bon ok je vais trouver les mots :) ! ). La mousse vanille est parfaite onctueuse à souhait, les grains de vanille craquent sous la dent, le croustillant est parfaitement croustillant. Il y a une couche violette au milieu, ne me demandez pas ce que c’est, je n’ai pas trouvé, et sur la recette que j’ai trouvé sur un internet ou dans le fou de pâtisserie elle n’y est pas…mystère… Bref c’est vraiment très bon, j’ai bu une boisson fraiche avec parfumée à la pastèque, fleur d’oranger et zestes d’orange qui elle aussi était parfaite, super bonne et très rafraichissante.

La vaisselle est très belle, j’ai eu deux petites madeleines à la vanille avec ma boisson, c’est le genre d’attentions que j’aime beaucoup. Elles sortaient du four, tiède, j’en salive encore ! Je vous laisse avec quelques photos de ma visite et surtout n’hésitez pas à y aller !

A très vite,

M.

IMG_0699IMG_0703IMG_0704IMG_0706IMG_0707IMG_0713IMG_0712

La bûche de Nöel Canderel X Popelini

Hello,

Mercredi soir, j’ai eu la chance de participer à l’événement Noël Canderel organisé par la marque Canderel, en collaboration avec Popelini.

Canderel est une marque d’édulcorants à base de sucralose, de stevia et d’aspartame. Ils font des collaborations, depuis plusieurs années, avec différents chefs comme Séphora Saada, ou Christophe Michalak, en créant avec eux des desserts à base de leurs produits. C’est une super idée d’associer la maîtrise des grands chefs avec le savoir-faire de Canderel.

Cette année, c’est avec la marque de choux Popelini qu’ils ont décidé de s’associer en créant une bûche de Noël « light » et sans « vrai » sucre. Cette bûche, tendrement chocolat passion, a été présentée chez Popelini lors de la soirée de lancement mercredi dernier. Laurène, la créatrice de Popelini et l’équipe Canderel nous ont accueillis dans leur jolie boutique gaiement décorée pour l’occasion.  Après quelques minutes d’attente autour d’un petit cocktail, la bûche est enfin arrivée. Elle était magnifique, en chocolat velours marron, surmontée de six petits choux chocolat et passion. Nous avions tous hâte de la goûter ! :)

Je ne suis pourtant ni bûche, ni chocolat mais là, je dois dire que c’est exceptionnellement bon ! C’est léger en bouche, on a l’impression de manger un nuage en chocolat avec une petite touche d’acidité du fruit de la passion. Les préparations de la bûche sont plutôt recherchées : brownie, mousse sabayon, croustillant, crémeux chocolat… Les choux sont divins et ont le même goût que les choux vendus chez Popelini bien qu’ils soient faits avec du Canderel. On ne sent absolument pas que c’est une bûche « light », ni dans le goût, ni dans la texture.

Un conseil: courrez l’acheter pour les fêtes si vous faites attention à votre ligne ou si vous êtes diabétique par exemple. Chaque part ne fait que 332 calories par personne !

Les bûches sont disponibles en individuelle (6 euros) ou à partager (37 euros). Elles seront dans les deux boutiques Popelini du 18 décembre au 1er janvier 2015.

Merci encore à Caroline, Catherine, Canderel et Popelini pour cette jolie soirée !

A très vite et n’oubliez pas de participer avant le 31 décembre au CONCOURS ICI pour gagner un livre Pierre Hermé ainsi qu’une petite gourmandise !

A très vite

M.

Bûche PopeliniXCanderel BDPage 2FullSizeRender-3IMG_1075FullSizeRenderFullSizeRender-2FullSizeRender-1

Popelini
29 Rue Debelleyme
75003 Paris

ou

44 rue des Martyrs
75018 Paris

http://www.canderel.fr/

Moelleux aux marrons

Hello les gourmands,

On me dit souvent: « Marine, pour faire tes gâteaux, il faut toujours s’y prendre à l’avance » Aujourd’hui, je dis FAUX !

Une recette on ne peut plus simple avec effet garanti ! Je l’avais trouvé sur Pinterest, en anglais, et je l’ai adaptée ! C’est un moelleux aux marrons.  Il y a tout ce que j’aime dans un gâteau :  c’est moelleux, fondant à souhait et c’est vraiment de saison. On peut même le préparer presque au dernier moment, c’est vous dire !

IMG_0454

Pour 6 personnes (moule d’environ 26cm Ne pas utiliser de moule en silicone ! ) :

-500g de crème de marrons ( j’utilise toujours de la Clément Faugier qui, pour moi, est la meilleure )
-3 oeufs
-1 cuillère à café d’extrait de vanille
-1 grosse cuillère à soupe de farine
-50g de beurre fondu

Préchauffez votre four à 180°C. Mélangez la crème de marrons, le beurre fondu, la farine et l’extrait de vanille. Séparez les blancs des jaunes, mélangez les jaunes à l’autre préparation et montez les blancs en neige, bien serrés. Incorporez délicatement les blancs en neige à la maryse. Beurrez votre moule et versez la préparation.

Cuire au four environ 20 minutes en fonction de celui-ci: lorsque vous enfoncez la pointe d’un couteau, elle doit ressortir sèche.

Démoulez et laissez refroidir sur une grille. Saupoudrez de sucre glace et décorez avec de la crème de marrons.

Je vous déconseille de le mettre au réfrigérateur car je trouve qu’ il est bien meilleur à température ambiante.

A très vite !

M.

La nuit rose de La Pâtisserie des Rêves

Bonjour à tous,

Je vais commencer cet article avec un GRAND MERCI à tous ! Vous êtes de plus en plus nombreux à visiter et suivre le blog et c’est toujours un grand plaisir de lire vos gentils petits mots ! Le blog va bientôt souffler sa première bougie et je vous réserve une petite surprise ! :) Restez connectés !

Hier, j’ai eu la chance de pouvoir participer à la « Nuit Rose » organisée pour les 5 ans de la Pâtisserie des Rêves. Il y avait plusieurs ateliers à Paris au prix de 20€ chacun (dont 5€ reversés à l’association contre le cancer du sein) : un bar à chignons, un bar à cocktail, un bar à ongles chez Courrèges, un bar à makis et beaucoup d’autres encore.

10247478_691265220942005_5633474519927534515_n

Parmi ces ateliers, il y avait surtout une Masterclass avec le fameux Paris-Brest, animé le grand Philippe Conticini ! J’y suis allée avec ma copine Batel du blog Matoque. Il y avait deux sessions : une à 18h et une à 21H30, nous avons assisté à la première. La Masterclass s’est déroulée dans un endroit très cosy, le Café Kousmichoff sur les Champs Elysées. Thierry Tessier, le créateur du concept de la Pâtisserie des Rêves, nous a remercié d’être toujours aussi nombreux 5 ans après, pendant que le chef préparait ses éléments.

Philippe Conticini nous a expliqué le déroulement de la Masterclass. On nous a distribué une assiette avec quatre crèmes à la vanille accompagnées de plusieurs préparations (des coulis, des zestes, des épices, des confits), un peu comme une palette de peintre avec des couleurs. Le chef nous a alors indiqué comment les mélanger pour que chaque élément puisse être apprécié et mis en valeur : la fleur de sel est, par exemple, un exhausteur de goût, le citron vert, lui, va laisser une amertume en bouche. Et nous avons appris comment, grâce à un dosage très précis, on faisait ressortir tel ou tel ingrédient. Cela pouvait paraître un peu scientifique au premier abord, mais il a bien insisté sur l’importance de la dégustation : on doit prendre son temps pour qu’en bouche, les arômes se mélangent entre eux car chacun a un goût et un ressenti différent. C’est un vrai cours sur la façon de déguster un gâteau, avec ses papilles mais surtout, avec son cœur.

Après cette jolie expérience, nous sommes passé au fameux « Paris-Brest ». Le chef nous a fait part de sa propre définition de la pâtisserie. Pendant des années, il a fait des gâteaux avec des décors et autres fioritures mais il s’est vite rendu compte que, dans un gâteau, ce qui était important, c’était le goût et les émotions que l’on ressentait en le mangeant. Aujourd’hui, il fait une pâtisserie plutôt simple visuellement mais extrêmement savoureuse. Il s’est débarrassé du superflu pour aller à l’essentiel et pour se concentrer sur le goût. Il nous a alors dit, mots pour mots : « J’en ai rien à foutre de faire un beau gâteau, ce que je veux c’est qu’il soit bon !  » Finalement, c’est lui qui a raison : allez hop ! Au feu les décors ! Ahaha !

Il est enfin passé au montage du gâteau en nous livrant ses petites astuces de chef. On nous a alors distribué le chou d’un Paris-Brest. Oh quelle joie !!! Le chef nous a dit qu’il fallait tout d’abord manger le haut du chou, puis croquer la moitié de la crème pour que le cœur de praliné coulant se mélange dans la bouche à la crème au praliné. Humm quelle délicieuse pâtisserie ce Paris-Brest quand même… :)

Le chef nous a remercié, nous a invité à boire un verre au bar et à reprendre un petit supplément de Paris-Brest, pour ceux qui le voulait ! Je vous promets d’essayer très prochainement cette recette de Paris-Brest.

C’était une très belle soirée, un très beau moment pâtissier et une belle initiative solidaire au bénéfice de l’association contre le cancer du sein. Merci Chef et Merci la Pâtisserie des Rêves !

Je vous laisse avec quelques photos de la soirée !

À très vite pour la première bougie du blog !

M.

http://www.lapatisseriedesreves.com/

IMG_0225IMG_0228IMG_0230IMG_0231IMG_0232

La Maison du Chou

Hello !

Aujourd’hui, une mignonne petite adresse : La Maison du Chou .

Cette jolie boutique se trouve sur une des plus ravissantes places de Paris, en plein cœur de Saint-Germain des Prés. Elle ne vend que des choux garnis, minute. Cela faisait un moment que je voulais y aller car c’est un MOF (Meilleur Ouvrier de France) qui officie là-bas. C’est une boutique assez sobre et authentique.

Ce jour-là, il y avait trois parfums : nature, praliné et chocolat. On choisit son nombre de choux 3/6/10… et la vendeuse les garnit sous nos yeux, prêts à être dégustés ! Le gros « plus » du choux minute, c’est qu’il reste croustillant quand on le mange et c’est très appréciable.  Le petit inconvénient, c’est qu’il est sans glaçage, sans déco, donc dans son plus simple appareil haha ! Ce qu’il y a de joli avec les choux, ce sont les glaçages qui font qu’ils ressemblent à des bonbons ! Visuellement, c’est plutôt sobre mais le goût est vraiment là. J’ai eu un gros coup de cœur pour le chou nature; la crème à l’intérieur est très légère, très fraîche, on dirait un nuage sucré. Le praliné est très bon aussi, on sent bien le goût et la texture de la crème est parfaite ! J’ai un peu moins apprécié le chocolat qui était trop fort à mon goût mais je pense que les « vrais » amateurs de chocolat apprécieront vraiment ! On peut choisir d’emporter les choux ou bien de les déguster sur place, sur les quelques tables. En ce qui concerne les prix, c’est plutôt raisonnable : 3 choux > 5 euros, 6 choux >10 euros.

Je vous laisse avec quelques photos de ma visite…j’ai oublié de prendre en photo les choux…trop vite dégustés…

À très vite,

M.

IMG_0094IMG_0097IMG_0096IMG_0098

La Maison du Chou
7 place de Fürstenberg
75006 PARIS
Tél. : 09 54 75 06 05
Métro : Saint-Germain-des-Près
http://www.facebook.com/MaisonDuChou

THE Tropézienne !

Hello,
Aujourd’hui, une recette incontournable de l’été : La Tropézienne ! C’est en feuilletant le dernier numéro de « Fou de pâtisserie » que j’ai eu envie d’en refaire une.

Tropezienne BD

C’est une brioche au sucre, garnie d’une crème légère à la fleur d’oranger. Contrairement à ce que l’on croit, c’est un dessert super léger et aérien qui convient très bien pour un repas d’été. C’est un peu long à faire car il faut que la brioche repose, mais ça vaut vraiment le coup car c’est un délice à la dégustation ! Le gâteau est à faire la veille ou le matin pour le soir, afin que les parfums se mélangent bien entre eux.

La brioche 

-250g de farine
-100g de lait tiède
-1 oeuf à température ambiante
-5g de levure fraîche
-30g de sucre
-5g de sel
-75g de beurre pommade
-du sucre en grain
Pour la dorure
-1 oeuf
-1cc de lait
-1cc de sucre

Mettre dans la cuve de votre robot (ou un saladier si vous n’avez pas de robot) la levure fraîche émiettée et diluez-la dans le lait tiède. Mélangez bien pour qu’il n’y ait plus de morceaux de levure. Ajoutez les 250g de farine, puis l’œuf, le sucre et le sel. Commencez à pétrir quelques secondes puis, incorporez par petits cubes le beurre pommade. Laissez pétrir 6 minutes à vitesse moyenne. Couvrez ensuite la cuve d’un linge humide et laissez pousser environ 2 heures à température ambiante. À ce moment-là, elle aura doublé de volume et sera remplie d’air.

Dégazez bien la pâte en appuyant bien fort dessus avec les poings pour enlever tout l’air. Étalez-la sur une épaisseur d’environ 1cm sur du papier sulfurisé, comme une pâte classique, et détaillez un cercle de la taille voulue de votre brioche. Moi, j’ai choisi 24 cm. Avec la pâte qui reste, vous pouvez faire des minis tropéziennes ! Laissez lever encore 1h45.

Préchauffez le four à 150°C. Mélangez ensuite l’œuf, le sucre et le lait et dorez délicatement la brioche au pinceau puis, ajoutez le sucre en grain sur toute la surface. Enfournez pour 30 minutes environ. À la sortie du four, mettre la brioche sur une grille pour qu’elle refroidisse bien.

Le sirop

-215g d’eau
-85g de sucre
-10g de fleur d’oranger

Faites bouillir l’eau et le sucre, puis laissez refroidir. Une fois froid, ajoutez la fleur d’oranger et réservez à température ambiante jusqu’à utilisation.

La crème pâtissière 

-400ml de lait entier
-4 jaunes d’œufs
-80g de sucre
-30g de maïzena
-20g de beurre
-1 feuille 1/2 de gélatine

Mettre un plat au congélateur le temps de préparer la crème. Mettre la gélatine dans un récipient d’eau froide. Versez le lait dans une casserole et portez à frémissement. Lorsque des petites bulles commencent à apparaître, enlevez du feu. Dans un saladier, fouettez les jaunes d’œufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse légèrement. Ajouter la maïzena et mélangez pour l’incorporer à la préparation.

Remettez le lait à chauffer. Lorsque que le lait est chaud, versez-le sur le mélange jaunes/sucre/maïzena. Mélangez un peu et reversez le liquide dans la casserole. Mettez à chauffer sur feu moyen, en veillant bien à ce que cela n’attache pas au fond de la casserole afin que la crème n’ait un goût de brûlé. La crème est cuite lorsqu’elle se détache facilement des parois et qu’elle a une belle consistance de crème, c’est à dire plutôt liquide que ferme. Ajoutez la gélatine essorée, bien mélangez et laissez refroidir une quinzaine de minutes puis ajoutez le morceau de beurre.

Versez la crème dans le plat bien froid et filmez au contact (le film touche la crème). Laissez refroidir.

Crème légère à la fleur d’oranger 

-la crème pâtissière réalisée au préalable
-120g de crème fleurette
-5g de fleur d’oranger

Versez la crème pâtissière dans un saladier et détendez-la au fouet. Montez la crème fleurette en chantilly, bien ferme, puis incorporez la crème pâtissière doucement à la maryse. Ajoutez ensuite la fleur d’oranger et mettez dans une poche avec une douille unie d’1 cm. Réservez au froid.

Montage 

Coupez la brioche en deux avec un couteau scie, puis répartir le sirop au pinceau sur chaque partie. Il faut que la brioche soit bien imbibée mais pas trempée comme un baba. Sortir la poche du frigo et faire des belles boules de crème sur la partie basse de la brioche. Retournez la partie avec le sucre en grain et saupoudrez de sucre glace. Posez délicatement le dessus sur les boules de crème. Laissez au frigo jusqu’à dégustation. Dégustez bien froid.

Je suis sûre que vous vous régalerez !!!

À très vite,

M.